Publié dans Non classé

Voir le jour

Avant première pour la réouverture du Cinéma VEO Castelnaudary

LUNDI 22 JUIN à 20h30

« Voir le jour » nous propose une immersion « en maternité ».  Et c’est un homme qui vous parle…

Un groupe de sages-femmes et d’auxiliaires, toutes sous tension et aussi impressionnantes et crédibles les unes que les autres, de Sandrine Bonnaire à Brigitte Roüan en passant par Aure Atika, s’activent au quotidien. Les gardes de jour comme de nuit se succèdent, la fatigue, les manques de moyens et d’effectifs pèsent. Elles courent après le temps pour ne pas être dépassées par la pression et le flux incessant de femmes qu’elles accompagnent dans leurs premiers pas de mères, de ces nourrissons qu’elles accueillent dans leurs premières heures de vie…

Elles savent pourtant aussi et surtout sourire et rire, elles renouvellent chaque fois le plaisir à aider à «Voir le jour», toujours pleines d’attention pour ces bébés et leurs jeunes mères.

Mais courage et dévotion n’excluent pas un drame qui peut survenir à chaque instant, une erreur, un accident, précipitant une accélération du temps, mais cette fois-ci avec l’angoisse, le stress, la culpabilité, la défiance et la pression permanente de l’institution, jusqu’à ce qui est certainement le plus redouté : l’accusation. Nous ne divulgâchons rien, ce drame aura lieu au début du film…

Ces femmes aident à donner la vie, mais elles ont aussi la leur et ce n’est pas toujours facile, avec ce que l’on devine comme failles, faiblesses, manques, et histoires.

Jeanne (Sandrine Bonnaire) est justement à un moment clé de sa vie. Zoé, sa fille de 18 ans qu’elle élève seule, part étudier à Paris. Le passé de Jeanne resurgit soudain, la poussant à affirmer ses choix de vie, à dompter ses démons, à se reconstruire, à retrouver un sens à sa vie, à laisser remonter le passé pour reprendre des forces pour le futur.

«Voir le jour, c’est certes le bébé qui voit le jour, mais c’est aussi la femme qui devient mère. Tout en restant femme, nous devenons autre chose, nous nous transformons. Avec comme pendant à ce questionnement : qu’est-ce qu’on devient quand cet enfant qui a fait de nous une mère s’en va ? Jeanne, c’est une mère qui doit redevenir femme quand son métier est d’aider des femmes à devenir mère. Marion Laine

Auteur :

Un site spécialement dédié à l'éducation à l'image Cinéma sur le département de l'Aude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s