Publié dans Non classé

Les Ateliers du regard

Le Thaumatrope

Pour inventer le cinéma, il a été tout d’abord été nécessaire de créer des images en mouvement, des images qui bougent comme aiment à dire les enfants. Et c’est avant toute chose reconnaissons que c’est la science qui, au cours du XIXe siècle, va rendre cela possible et imaginable. Notamment les recherches en optique, qui repensées et re-exploitées vont favoriser la fabrication de jouets aux noms étranges et insolites. Le premier, qui d’entre eux sera le thaumatrope.

Le thaumatrope est un jouet basé sur un principe visuel qui se nomme la « persistance rétinienne ». Notre œil « imprime » une image fixe déjà vue et la superpose avec une image fixe vue immédiatement après : notre cerveau mélange les deux images et finalement en raison de la vitesse de la rotation, il n’en perçoit, qu’une seule.

Le Thaumatrope (du grec thauma, prodige et tropion, tourner) est un un jouet basé sur un principe visuel qui se nomme la « persistance rétinienne ». Il s’agit d’un disque illustré sur ses deux faces et où sont accrochées de petites ficelles sur deux bords opposés, où encore autour d’un simple bâton. En faisant tourner entre le pouce et l’index ces ficelles ou le bâton, le disque suit le mouvement et les deux dessins se confondent. Notre œil « imprime » une image fixe déjà vue et la superpose avec une image fixe vue immédiatement après : notre esprit mélange les deux images, il n’en perçoit qu’une seule.

 Inventé vers 1820-1825 par un astronome, Jonh Hershel, sa paternité est attribuée la plupart du temps au docteur John Ayrton Paris qui l’a commercialisé.

Bon il est temps de passer  à l’action et d’en fabriquer un, deux, trois… autant que l’on veut c’est très facile. Voici la méthode proposée par le le site « Ciclic »

Atelier : fabrication d’un thaumatrope

Matériel nécessaire :
– du papier cartonné
– un compas ou un objet circulaire
– une paire de ciseaux, de la colle
– des crayons de couleu, feutres
– une perforatrice
– de la ficelle ou des élastiques ou une brochette en bois

Pour réaliser un thaumatrope, on commence par tracer et découper deux disques de même dimension (10 cm de diamètre environ) dans du papier cartonné, à l’aide d’un compas ou d’un objet circulaire dont on suit les contours.
On dessine une partie du dessin sur le premier disque et l’autre partie sur le second. Il s’agit ensuite de coller le premier dessin contre le second en recto-verso : l’un à l’endroit, l’autre à l’envers (attention, c’est très important!). Afin de fixer les morceaux de ficelle ou les élastiques, on perce ou perfore le disque cartonné à chaque extrémité. On peut aussi coller les deux disques autour d’une brochette de bois que l’on fera pivoter rapidement du bout des doigts.
Plus rare mais possible, on peut choisir de faire un thaumatrope de forme carrée ou rectangulaire.

Activité 1 – l’image-complémentaire
Sur une face du disque on fait figurer la moitié d’un dessin, sur l’autre face l’autre moitié.
Il peut être facile de deviner ce qui complète le premier dessin, car chaque image en impose souvent une seconde : un corbeau qui tient un fromage dans son bec, un aquarium, une cage… Que peut-on bien trouver derrière ? Un renard, un poisson, un oiseau…
C’est en tournant que l’image devient complète, et quelque fois, c’est la surprise quand même!

Activité 2 – l’image-surprise
L’image peut aussi provoquer la surprise. On peut faire apparaître dans une cage un poisson, un renard dans un aquarium ou un oiseau devant le corbeau !
Demander aux participants de laisser libre court à leur imagination. Un thaumatrope peut associer deux images complètement décalées et créer quelque chose d’unique, d’irréel, de véritablement surréaliste.
On peut aussi associer deux personnages tout à fait opposés (Napoléon et Harry Potter). Proposer à un enfant de dessiner un personnage sur la droite d’un disque et à un autre enfant de dessiner sur la gauche d’un autre disque un personnage très différent. Assembler les deux disques pour créer un thaumatrope, faites-le tourner : la rotation fait se rencontrer les deux personnages

Activité 3 – l’image-mystère
Sur la face d’un disque on fait figurer la moitié d’un mot (ou d’une phrase courte) ; sur l’autre face l’autre moitié. On peut demander aux participants d’écrire la moitié de leur prénom sur une face du disque et l’autre partie au dos. Comme les messages codés, le thaumatrope, une fois mis en rotation, peut relever un mot mystère, une phrase secrète…

Et on peut même essayer de créer du mouvement… La preuve

Auteur :

Un site spécialement dédié à l'éducation à l'image Cinéma sur le département de l'Aude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s